dimanche 11 mai 2014

Concours de poésie du salon Solifera "Le Solifera d'Or 2014"

Bonjour à toutes et à tous !

 

   Il y a un an de cela, le salon Solifera lançait son 1er concours de poésie: Le Solifera d'Or 2013. Nous avions eu l'immense joie de lire de très beaux poèmes, et c'est Joëlle G. qui avait remporté l'adhésion du public !

Cette année, le concours revient, avec un thème qui se veut être un hommage à Gabriel Garcia Marquez décédé récemment: La solitude. La contrainte reste la même: les alexandrins sont de rigueur. Nous attendons donc vos plus beaux poèmes !

 

Comment participer ?


- La date limite pour l'envoi des poèmes est arrêtée au 21 Juin 2014 à minuit.

- Il suffit de poster votre poème en commentaire de ce message.

- Chaque auteur ne peut présenter qu'1 seule œuvre originale... Attention, pas de plagiat... En cas de doute je sortirai ma machine à disséquer les vers et le poème ne sera pas modéré !!! 

- Ce sont les lecteurs du Blog qui voteront pour élire le plus beau poème en cliquant sur  le bouton "Recommander " présent sous chaque poème. 

- En cas d´égalité entre plusieurs poèmes, je m'octroie le privilège de désigner le gagnant ! ;-)

- Attention, pour que le concours soit valable, il doit y avoir un minimum de 5 poèmes écrits par 5 auteurs différents. Du coup, vous avez bien compris qu'il fallait faire connaître le concours pour espérer gagner ...

- Mais gagner quoi au fait ? Celui qui recevra le plus de votes gagnera un exemplaire de Cent ans de solitude, de Gabriel Garcia Marquez.  Pour celles et ceux qui ne connaissent pas ce roman, sachez que c'est un trésor de la littérature mondiale ! Sans doute l'un de mes préférés ! Le lauréat verra également son poème figurer sur la page permanente du Solifera d'Or 2014.

- Les résultats seront proclamés ici-même dans la journée du 21 juillet 2014.

Aller, mes futurs Goncourts, faites suivre ce message ! La solitude se partage !  À vos plumes...  ;-)

 

Laurie MT

 

Posté par Solifera à - - Commentaires [29] - Permalien [#]
Tags : , , ,


Commentaires sur Concours de poésie du salon Solifera "Le Solifera d'Or 2014"

    J'espère participer à nouveau cette année !

    Posté par simonbig, samedi 17 mai 2014 à 12:46 | | Répondre
    • Bonjour Simonbig !!!
      Je suis ravie de te retrouver
      Nous attendons ton poème avec hâte !

      Posté par Solifera, dimanche 18 mai 2014 à 11:30 | | Répondre
  • Le homme qui courait sur la lande

    Les yeux bouffés d’orgueil, et la tête à l’envers
    La bouche noire odieuse dégradant l’univers
    Il déversait sans fin sa haine viscérale
    Dépourvu d’oculaire il priait dans un râle

    Pauvres dieux affaiblis lueurs diurnes meurtries
    Ne pleurez pas ce bougre à l’allure enlaidie
    Se gavant à l’aigreur de pauvres ingénues
    Il a fort voulu de cet état vermoulu

    Son visage édenté crache la glaire noire
    Que le triste soir enduit de pâles déboires
    Passez mes fidèles amis votre chemin
    Point de chagrin, encore moins d’argent dans la main

    Courrez par cette route, fuyez par le sentier
    Laissez pendu ce monstrueux au madrier
    Que les folles dépenaillées iront déchoir
    Rendant à la terre blêmie leur dernier devoir

    Il est enseveli et nourrit la vermine
    Ce bonhomme de misère aux allures de fouine
    Il était la peur et il était la terreur
    Il n’était pas plus et vous serez sa demeure


    Et hop une bise solitaire pour tout le monde

    Posté par olioweb, dimanche 18 mai 2014 à 03:24 | | Répondre
    • Bonjour Olioweb ! Sois le (ou la) bienvenu(e) !
      C'est un très beau poème, comme je les aime, utile, engagé... en lien avec l'actualité. Les poètes sont bien vivants ! C'est rassurant
      Merci pour ta participation...

      Posté par Solifera, dimanche 18 mai 2014 à 11:38 | | Répondre
  • Je suis très heureux qu'il vous plaise. Je me suis beaucoup amusé à l'écrire, l'Alexandrin n'étant pas ma tasse de thé, l'exercice de style a été très intéressant au final !
    Un grand merci en passant à Hime Chan qui m'a porté jusqu'à vous ...

    Signé pour une moitié d'il et l'autre d'elle...

    Posté par olioweb, dimanche 18 mai 2014 à 23:52 | | Répondre
  • Me voilà, me voilà ! Très beau poème, voyageur, percutant, dérangeant, qui laisse un drôle de goût sur la lande... euh pardon, la langue !
    Je suis heureuse d'avoir pu amener quelqu'un à participer !
    De mon côté, je travaille sur un long poème, et je crois m'en sortir mieux avec les alexandrins que l'année dernière ! J'ai trouvé la technique

    Posté par Hime-Chan, dimanche 25 mai 2014 à 13:51 | | Répondre
    • Hime-Chan, nous frétillons d'impatience

      Posté par Solifera, lundi 26 mai 2014 à 23:08 | | Répondre
  • J'ai hâte de voir ça et de retrouver votre belle façon d'écrire. Le défi s'annonce très intéressant....

    Posté par olioweb, lundi 26 mai 2014 à 20:01 | | Répondre
  • J'ai fait quelques diérèses et synérèses pour avoir des alexandrins, j'espère que ça ne dérange pas...

    Solitudes


    Dans l’obscurité, un enfant hurle. Il a peur.
    Les crocs d’un cauchemar le suivent dans le noir.
    Un monstre sous le lit ? Peut-être dans l’armoire !
    Personne qui vient. Personne. Où est le sauveur ?
    Sans doute endormi quelque part. Mais l’enfant pleure.
    Sa solitude est sombre et emplie de frayeur.

    Pas encore une femme, plus vraiment une enfant,
    Elle affronte leurs regards méprisants. Ils rient.
    Et leurs mots et leurs gestes, et leurs coups et leurs cris,
    Sont autant de tirs qui la frappent en sifflant.
    Une proie faible pour tous, et tous pour son sang.
    Sa solitude est l’ombre de ces ignorants.

    Apaisement. Un jardin, un homme qui dort.
    Bercé par le chant mélodieux des oiseaux
    Que rien ne trouble si ce n’est le bruit de l’eau,
    Il rêve, part, et oublie jusqu’à son propre corps.
    Le soleil le recouvre de ses rayons d’or.
    Sa solitude est un doux reflet de trésor.

    Elle sait bien que toute chose a une fin.
    Cette femme qui s’en va, seule dans son lit,
    Abandonnée de tous, de sa propre famille.
    Dans sa nostalgique vieillesse, elle s’éteint.
    A part les souvenirs, il ne reste plus rien.
    Sa solitude est une nuit sans lendemain.

    Solitude. Autant de facettes pour ce mot
    Qu’il y a de visages différents ici bas,
    Monde pluriel où l’unique n’existe pas.
    A chacun sa vertu, à chacun son défaut,
    A chacun sa solitude. La mienne est un flot
    De sentiments confus, de multiples échos.

    Posté par Hime-Chan, mercredi 28 mai 2014 à 18:20 | | Répondre
  • Hime-Chan ! C'est un poème somptueux ! Mélodieux, émouvant, saisissant ! Il est MA-GNI-FI-QUE !!!!!!!! Un immense BRAVO ! <3

    Posté par Solifera, mercredi 28 mai 2014 à 18:55 | | Répondre
    • Merci >w< J'ai travaillé, travaillé, travaillé... Je suis vraiment touchée de voir que le résultat te plaît !

      Posté par Hime-Chan, jeudi 29 mai 2014 à 11:37 | | Répondre
  • Des années sans écrire, la machine se ravive lentement, très lentement. (24-24 les deux derniers vers)

    À toi,

    À poté de ma main ; Douce je te saisis.
    M’attendais-tu ? Couves-moi de ta plénitude !
    Posée sur ton sein si serein et infini,
    Arrêt du temps, envol de l’esprit, Solitude !
    Toi seule m’apaise, congédie l’inquiétude. !
    En ta main toujours tendue, tu m’as assouvi.

    Demain, maux de l’homme, meurtri par ton ennui.
    Fléau sans siècle, Érinye de l’ingratitude !
    Condition de tous ; Cruelle, tu m’affaiblis.
    En ton entre, tu hurles en vain « Solitude ! »
    Déchires-moi , Tues-moi ! L’espoir est trop rude.
    Dévoreuse d’âmes, lugubre maladie.

    Comme la lune, beauté mystique à deux faces tu te joues de ma vie.
    Transcendante ou tremblante, je ne suis qu’à toi « Solitude »…« Solitude »


    Ta tendre prisonnière

    Posté par Manoune, jeudi 29 mai 2014 à 10:10 | | Répondre
  • Oui mais alors moi je dis non ! Si on peut se permettre des diérèses et des synérèses c'est pas du jeu. D'abord est-ce que c'est écrit dans le règlement ? Parce que à ce moment-là moi je peux aussi mettre des dièses et des diocèses voir des mélèzes... Non vraiment c'est pas du jeu.
    Je sais je suis mauvais joueur...

    Posté par olioweb, jeudi 29 mai 2014 à 10:14 | | Répondre
  • Ah non (19-19) c'est la faute de la TV en marche ça? Au moins c'est régulier.

    Posté par Manoune, jeudi 29 mai 2014 à 10:18 | | Répondre
  • Ah autant pour moi, je pensais que toute la versification était autorisée

    Posté par Manoune, jeudi 29 mai 2014 à 10:19 | | Répondre
  • Désolé les messages se sont croisés ! Mais je ne m'attendais à trouver sur mon chemin une telle prisonnière qu'on eut tant voulu ôter de geôles de cet émouvant enfermement...
    Une bise isolée à tout le monde !

    Posté par olioweb, jeudi 29 mai 2014 à 10:21 | | Répondre
  • Une jeune maman qui tente d'accéder à une activité cérébrale autre que la contemplation imbécile soir après soir des émissions TV lourdes de sens.


    À quelques solitudes plus tard

    Posté par Manoune, jeudi 29 mai 2014 à 10:30 | | Répondre
  • Tous mes vœux de bonheur à la jeune maman de la part d'un vieux papa !

    Posté par olioweb, jeudi 29 mai 2014 à 11:29 | | Répondre
  • Moi, je vous le dis, vu que la qualité des poèmes, la compétition s'annonce rude ! Bravo Manoune, ton poème est très beau, j'ai un coup de coeur pour tes deux derniers vers que je trouve sublimes... Le reste est prenant, mais je crois qu'il y a quelques fautes de frappe... :S

    Posté par Hime-Chan, jeudi 29 mai 2014 à 11:40 | | Répondre
  • Comme d'habitude j'ai vu ça après coup, une fois réveillée mais impossible de modifier le commentaire... Enfin c'était histoire de compléter le groupe pour le concours. De très beaux poèmes, des styles, une volonté...attendons les suivants.

    Posté par Manoune, jeudi 29 mai 2014 à 12:09 | | Répondre
    • Merci Manoune pour ta participation
      J'adore aussi ton vers "Dévoreuse d'âmes, lugubre maladie" !!!
      Tu peux te rassurer, les séries TV n'ont aucun effet sur ton cerveau

      Posté par Solifera, jeudi 29 mai 2014 à 12:59 | | Répondre
  • Voilà, je me décide à poster mon poème, mais quand je vois les autres j'ai pas trop mes chances...

    Cris,pleurs. Ce sont les échos de ta douce voix.
    Toi, mon amour, ma dulcinée partie bien tôt.
    Partout, dans la chambre, je te vois, je la vois.
    Je caressai avec mes doigts ta douce peau.

    M'abandonnant à cette triste solitude.
    Je ne t'en veux pas, mais je ne pardonne pas.
    Oh oui, la mort je la combattrai à la rude.
    Pour te venger de ne pas avoir vu tes pas.

    Est-ce une âme ? Pour me priver de toi, de toi...
    Je la tuerai si je pouvais, pour toi Léa.
    Je suis réduite à néant. La vie t'a prise, toi.
    Tu étais tellement petite ma Léa.

    Moi, je me morfonds. La solitude m'envahit.
    Chaque jour, une partie de mon corps est rongé.
    Par le remord et la culpabilité, oui.
    Tu reste dans mon coeur, même si tu y es seule.

    Pourquoi t'as t-elle choisie, tu étais si jolie.
    Un regard. Un murmure.Un câlin. Une odeur.
    C'est tout ce qu'il me reste de toi, je m'oublie.
    Il battra pour toi, il battait pour moi, le coeur.

    Par une nuit fraîche, elle t'a emportée, non.
    Elle a fait pire, elle a pris ton âme d'enfant.
    Elle a laissé ton cors vide, pas une âme non.
    Je me suis forcée de t'embrasser mon enfant.

    Aujourd'hui, je suis seule. J'attends, impatiemment.
    L'heure venue où elle me ramènera à toi.
    Mais elle n'arrive pas, tant pis, j'ai tout mon temps.
    Me faire mal, penser à toi, m'enlève un lourd poids.

    Et maintenant, c'est à toi que je m'adresse, seule.
    Tu m'as privé d'un enfant, n'as-tu donc pas honte ?
    Pourquoi elle ? Pourquoi eux ? N'es-tu donc pas si seule ?
    Au crépuscule, je rêve qu'ici ou là, je monte.

    Rejoindre ma fille, laisse-moi le faire, je t'en prie !
    Si non, je mourrai de tristesse, tu me connais.
    Aie Pitié ! Prends Pitié ! S'il te plaît, je t'en prie.
    Où rends-la moi. Ma fille, Léa ! Tu la connais...

    Je rêve de monter au paradis, Léa ;
    Chaque jour, sans cesse, je pense à toi, Léa.

    Posté par victoire3, jeudi 29 mai 2014 à 20:21 | | Répondre
  • Il ne faut pas avoir honte, Vi, il est très beau ton poème ! Tu as toutes tes chances ! J'ai un peu de mal avec certains vers qui me semblent un peu... bizarres, mais sinon, il est plein d'émotion, juste, et très joli !

    Posté par Hime-Chan, jeudi 29 mai 2014 à 21:40 | | Répondre
    • Merci beaucoup Hime ! Tes compliments me touchent beaucoup... Quels vers te semblent bizarre ? Car moi aussi, j'en trouve des bizarres... Quand je l'ai lu à ma mère elle pensait que je recopiais et que ce n'était pas moi qui l'avait écrit !

      Je lui ai aussi ton poème, elle l'a trouvé magnifique ! Il y a de quoi ! Je me suis rendue compte que chaque strophes est une histoire et qu'à la fin, tu fais une conclusion ! SPLENDIDE !

      J'aime beaucoup ton poème et celui d'Olioweb, (sans oublier celui de Mamoune ! ) ils sont magnifiques, avec un vocabulaire très recherché contrairement au mien. J'avais décidé de jouer la carte de la simplicité pour la solitude et la perte d'un enfant parce que je trouvais que ça collait mieux, mais avec vous, c'est juste GENIAL !

      Comme tu l'as dit, la compétition s'annonce rude... J'attends celui d'Aristed avec impatience...

      Posté par victoire3, samedi 31 mai 2014 à 18:10 | | Répondre
      • "pour te venger de ne pas avoir vu tes pas" -> je crois que dit comme ça ça ne veut pas dire grand chose... et le "je la combattrai à la rude" me paraît étrange...
        Sinon, la simplicité est bien présente et totalement justifiée, c'est vraiment un beau poème que tu nous as écrit là ^^
        Et moi aussi j'ai hâte de voir celui d'Aristed !

        Posté par Hime-Chan, samedi 31 mai 2014 à 18:47 | | Répondre
  • Mmmh, j'ai l'impression qu'il n'y a pas assez de participants :s Comment fait--on ?

    Posté par Hime-Chan, mercredi 23 juillet 2014 à 12:11 | | Répondre
  • Attendre le retour des vacances Il faudra
    Peut-être l'esprit des poètes s'en reviendra
    Quand de l'Iroise arriveront tous les frimas
    Alors les mots et les images seront là

    une bise à tout le monde, en vacances ou pas

    Posté par olioweb, mercredi 23 juillet 2014 à 16:33 | | Répondre
  • Dommage, il n'est rien advenu de ce concours ! Ravie quand même d'avoir participé

    Posté par victoire3, mardi 16 juin 2015 à 20:02 | | Répondre
  • Non, il n'est pas rien advenu ! Il est advenu une, que dis-je, des rencontres, des récits et des images, tout cela est dans mon crâne et m'accompagne sur le chemin de la solitude qu'il m'arrive de croiser quelques fois ...
    Une grosse bise universelle à toutes les pourvoyeuses d'icônes cérébrales. (Il me semble, sauf erreur de ma part, que, à part moi, il n'y a que des filles, et je dirai que c'est tant mieux... Non, faut pas l'dire... Pourtant... C'est pas que j'aime pas les garçons, mais bon, les filles, c'est bien aussi au final... Et même, s'il n'y en avait pas, faudrait les inventer !)

    Posté par olioweb, mercredi 17 juin 2015 à 11:10 | | Répondre
Nouveau commentaire